Le sel pour les pigeons.
 
 
 
 
 
Tout le monde sait que le sel est indispensable à la vie.
Chlorure de sodium, il est, pour l'organisme, source de chlore et de sodium, deux éléments qui entrent dans nombre de constituants organiques tels que sang, sucs digestifs, tissu musculaire etc .. et assurent l'équilibre des liquides corporels par le phénomène d'osmose.
 
Cet équilibre est donc sous la dépendance de 2 facteurs : la quantité d'eau (non salée) absorbée. La quantité de sel consommée.
 
L'idéal étant évidemment d'avoir, d'une part un abreuvoir d'eau pure, d'autre part un pot de sel.
 
C'est ce que fait nombre d'amateurs. Mais attention
il est indispensable d'assurer d'abord le sel nécessaire et suffisant.
Les pigeons "en manque" absorbent goulûment ce sel. II faut donc surveiller très attentivement la première distribution.
 
Tout excès peut avoir des répercussions organiques graves : diarrhée, inflammation rénale, et même mort si la quantité absorbée est supérieure à 5 grammes (une cuillère à café).
 
Ensuite, il faudra simplement veiller à avoir toujours du sel propre dans le petit pot prévu à cet effet. Sinon, il faut reprendre tout à zéro.
Beaucoup d'amateurs disent " moi je mets tous les grits, pierres à picorer au colombier".
Oui mais, savent?ils qu'aucun grit, qu'aucune pierre à picorer ne contient de sel.
II est facile de s'en rendre compte... en goûtant.
En effet la présence de sel rend ces produits hygroscopiques, c'est à dire qu'ils fixent alors l'humidité atmosphérique et deviennent pâteux, collants.
Ceci dit, il est nécessaire, sauf à mettre un pot de sel pur à coté, comme indiqué plus haut, d'ajouter un peu de sel au grit, au fur et à mesure des besoins, sur la base de deux cuillerées à café par kilo.
Que se passe?t'il lorsque les pigeons manquent de sel ?
S'il est en volière, en permanence
D'abord, il boit plus, pour essayer d'en acquérir un peu. D'où diarrhée aqueuse (de l'eau avec un "petit boudin" au milieu).
Et puis curieusement, déshydratation accompagnée d'amaigrissement. Le plumage se hérisse, devient cassant, la reproduction ralentit et les pigeonneaux poussent mal.
 
A l'autopsie, la musculature apparaît séché, presque racornie, le coeur apparaît petit, desséché. Nous avons eu à connaitre il y a quelque mois, mes enfants vétérinaires et moi, un tel cas dans un grand élevage de pigeons de chair (3000 pigeons) où la reproduction était tombée à presque zéro, de pigeonneaux invendables, maigres, tristes, minables.
Mortalité chronique des adultes, 5/6 par semaine, maigres, cœur petit, plumage sale. la consommation de graines est anormalement faible, malgré vitamines, toniques etc...
 
Les pigeons ont à disposition en permanence des écailles de coquilles d'huitre. Toutes les recherches bactériologiques et parasitologiques se sont révélées strictement négatives. Nous apprenons par le propriétaire qu'un autre élevage de la région connait les mêmes problèmes. Et l'affaire "cafouille" pendant plusieurs semaines, jusqu'au jour, où le propriétaire remarque des pigeons qui grattent le plancher, "mâchonnent" une fiente sèche ...
Essayez donc de mettre 10 grs de sel par litre d'eau de boisson pendant 2/3 jours.
 
Et en 24 H tout change.
Ensuite, on ajoute 15 grs de sel par kilo de coquilles d'huitres et tout rentre dans l'ordre. Rien ne remplace le "coup d'œil" du propriétaire.
 
Pour les pigeons en liberté quotidienne ou presque comme le sont nos pigeons de voyage, le problème est le même mais la solution s'en trouve quelque peu variable.
 
C'est évidemment au moment de l'élevage quand les besoins minéraux sont à leur maximum, que les carences deviennent aigues.
 
Et les pigeons sont alors prêts à y pallier par tous les moyens. Ils vont consommer tout ce qui est salé, sodique surtout : ils mangent de la terre des champs récemment enrichis en engrais ? (le chlorure de potassium engrais contient 50 % de sel) toxiques.
 
Alors, diarrhée inondant, chairs bleues, mort des jeunes gavés avec cet engrais. Et l'amateur est tout étonné "pourtant je mets du grit, de la pierre à picorer, à volonté". Et il oublie que cela ne contient pas de sel. Cependant il existe des "poudres salines" qui contiennent quelque chose comme 2 à 3 % de sel.
 
Ainsi sont assurés les besoins réguliers en sel.
Mais lorsqu'il y a des pipants au plateau, la consommation de cette poudre saline (de grit et de pierre à picorer aussi d'ailleurs) augmente largement et très vite on arrive à un excès de sel : diarrhée profuse des pipants vers 10 jours, inondant le tour du nid mais sans amaigrissement (contrairement à la coccidiose).
 
La solution est simple : on éloigne cette poudre saline jusqu'au sevrage.
 
La carence n'a pas le temps de s'installer (elle n'apparaît, expérimentalement, qu'après 4 à 6 semaines) et tout rentre dans l'ordre.
 
 




 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement